Convoyage de Cat et Terres

Après une organisation complexe, de nos jours de repos, de la garde des 4 enfants, nous partons samedi midi. En mode chargés : gros sac de voyage, deux sacs plastiques pleins à craquer, chien, nous prenons le train pour les Sables d’Olonne. Après l’installation rapide de nos quelques effets, nous checkons le bateau avant notre départ le lendemain. L’absence de vent

nous permet de dérouler le génois, d’hisser la grand voile. Nous ne nous en servirons pas pour le convoyage (la préparation n’étant pas tout à fait terminée) mais mieux vaut anticiper et tester tranquille au port, plutôt qu’à la dérive dans la houle en cas de panne moteur!😱

Sébastien vérifie les moteurs et c’est parti pour notre première barboterie sur Cat et Terres! Plein de gasoil, puis petit tour dans la baie des Sables nous permettent de reprendre nos habitudes de manoeuvres de port, de tester le pilote automatique et d’évacuer tant bien que mal le premier caca 💩 de chien sur le passavant😂!

Le voyage commence samedi soir par les papilles, au Sombras (cantina mexicana), avec des tapas mexicains, miam🌮!

Dimanche matin après le lever du jour nous levons l’ancre, direction l’Herbaudière (Noirmoutier). Le temps est gris, pluvieux, comme fréquemment à la sortie de la baie des Sables nous sommes cueillis par une longue houle d’ouest de 2 bons mètres… 🌊 ça reste pas méchant car le vent est quasi nul. Les hélices repliables Flexofold posées par ACV font le job, contrent cette houle de face et nous propulsent à 7-8 noeuds de moyenne. Nous arrivons dans la brume (merci Mr le radar) à 16h bien contents de cette première navigation de 7h sans encombre et bien contents aussi d’éteindre nos bons moteurs!

L’aventure commence dimanche soir : partis rapidement le samedi matin et le plus léger possible nous n’avions pas pris beaucoup de vivres… « On mangera bien au resto à l’Herbaudière! » C’était sans compter qu’un dimanche de janvier tout est fermé à l’Herbaudière… Désespoir… Aller à Noirmoutier à 6km à pied? Manger un Bolino et donc n’en avoir plus qu’un pour toute la journée du lendemain? La décision est prise ce sera la marche! En plus ça sortira le chien! (Naïa qui trop pressée de toucher la terre ferme a tenté une descente seule de Cat et Terres et a fini dans l’eau!) Nous partons confiants un numéro de taxi dans la poche pour le retour… Le diner est très bienvenu et copieux! Ça creuse la mer (et le froid)! Au dessert on appelle, naïf, le taxi qui ne se déplacera pas… Les autres taxis, c’est plus simple, ne répondent pas… La restauratrice nous propose de nous ramener après son service, cela nous fait plaisir mais on se prépare à rentrer à pied, nous sommes trop fatigués pour attendre. Heureusement nos voisins de table nous proposent eux aussi  gentillement de nous ramener! Quelle chance et quel soulagement! (Elle était vraiment longue cette route à patates !🥔) Merci à eux! C’est rassurant de voir que l’entraide ça existe même entre inconnus😀. Nous leur souhaitons de belles aventures à Barbâtre dans leur nouveau logis !

Après une nuit assez courte nous filons hors de ce port de l’Herbaudière à l’accès étroit et peu profond avant la marée basse. Deux heures de nav de nuit 🌚 confirme l’efficacité et l’intérêt  du radar. On évite la zone de mouillage des grands cargos 🛳 au niveau de l’estuaire de la Loire, immeubles flottants dans leurs habits de lumière! Une petite frayeur en apercevant dans la lumière de notre projecteur 3 reflets comme des miroirs droit devant nous, nous évitons ces « lumières » non  identifiées et on ne verra rien de plus… Une sirène🧜‍♀️? Des poissons volants fourbes🐟? Des casiers furtifs? Mystère.👽

La mer est d’huile, le vent? C’est quoi le vent? 2 à 5 noeuds… au moins on ne regrette pas cette remontée aux moteurs, que nous nous appliquons à roder.

Passage au large d’Hoëdic, d’Houat, de Belle-Ile, de Quiberon, ça sent l’écurie ! Proche de la rade de Lorient on repère sur le traceur un bateau qui vient droit sur nous. « Tiens c’est fou il n’y a personne et il faut qu’il vienne sur nous! » Cliquant sur son signal AIS « Tiens c’est marqué SECUTIRS ? Tiens il arrive à 23 noeuds!! » Nous sommes en plein milieu du polygone de tirs (zone d’entrainement Militaire). La vedette très courtoise nous informe que des avions ✈️ vont bientôt arriver pour tirer sur la cible, là, à 0,5 miles à babord! Il nous autorise à rejoindre la rade tout droit mais à plein gaz! On s’exécute et arrivons à Lorient au frein à main!

Un comité d’accueil, l’équipe d’ACV et Amandine de « Pourquoi Pas », nous attend sur le ponton, ça fait plaisir !

Voilà! Convoyage de Cat et Terres c’est fait! Satisfaits de ces performances et de notre petit périple à 2 après notre longue pause sans bateau.

Nous retrouvons avec plaisir les Pourquoi Pas, le port de Kernevel et les joies de passer du temps à bord !

 

Un commentaire sur “Convoyage de Cat et Terres

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s